الحزب المغربي الليبرالي

  • twitter
  • google plus
  • facebook
  • youtube
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Fichte, Johann Gottieb (1762-1814)

Fichte, Johann Gottieb (1762-1814)

Philosophe idéaliste allemand, considéré comme le véritable héritier critique de Kant. Dans ses premiers écrits, il a développé sa philosophie comme un système de pensée rationnelle analysant la réalité comme le résultat d’oppositions entre le Moi (Ich) et le non-moi (nicht-ich). Par la suite, il s’est fait connaitre par ses écrits éthiques et politiques dans lesquels il tente de fonder le concept de nation allemande sur le droit du sang.

Foucault, Michel (1926-1984)

Foucault, Michel (1926-1984)

Philosophie et historien français, un temps associé au structuralisme, très engagé à gauche, Foucault a confronté aux pouvoirs et institutions (famille, écoles, asiles, prisons…) ses dernières œuvres et recherches porteront sur l’éthique et la construction du sujet. Œuvres principales : histoire de la folie à l’âge classique (1961) ; les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines (1966) ; l’archéologie du savoir (1969) ; surveiller et punir. Naissance de la prison (1975) ; histoire de la sexualité (3 tomes, 1976-1984)

Friedman, Milton (1912-2006)

Friedman, Milton (1912-2006)

Membre fondateur de la société du montpèlerin 1947 et professeur à l’université de Chicago de 1946 à 1976, ce théoricien de la monnaie devint l’un des symboles du libéralisme économique pur et dur, particulièrement lors son voyage dans le Chili de Pinochet. Plusieurs conseillers du dictateur chilien, les « Chicago boys », formés à son université, ont appliqué ses recettes. Il a pourtant inspiré des reformes étatistes comme le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu et l’impôt négatif, mais il est surtout connu pour sa défense d’un capitalisme exempt de toute entrave dans capitalism and freedom (capitalisme et liberté, 1980). Son œuvre est associée au monétarisme, approche de la conjoncture qui met l’accent sur l’ajustement monétaire global à partir de données agrégées d’activité et de prix, dont elle cherche une estimation de la demande de monnaie. Hostile aux interventions discrétionnaires des banques centrales qui accroissent l’incertitude de la demande, il a prôné politique monétaire dont tout le monde pourrait raisonnablement prévoir les effets. Dont inflation et systèmes monétaire (1968), il popularisa aussi le concept de « chômage naturel », qui cherche à faire abstraction des effets temporaire de la politique monétaire sur le marché du travail.