الحزب المغربي الليبرالي

  • twitter
  • google plus
  • facebook
  • youtube
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Malthus, Thomas Robert 1766-1834

Malthus, Thomas Robert 1766-1834

Ce pasteur anglican devenu professeur d’économie politique se fait connaitre en 1798 par son Essai sur le principe de population, où il démontre que la population croissante de manière géométrique et ses moyens de subsistance de manière arithmétique, elle risque de mourir de faim si les guerres et les maladies sont enrayées. En bon libéral, il recommande donc à l’Etat de n’accorder point d’aides aux nécessiteux, et de reculer l’âge du mariage des pauvres et de limiter leurs naissances. Très critiqué par les penseurs socialistes (Proudhon, Fourier, Marx…) et libéraux, le malthusianisme a inspiré le darwisme et le principe de sélection naturelle des espèces.

Marshall, Alfred 1842-1924

Marshall, Alfred 1842-1924

Cet économiste britannique, professeur à Cambridge qui eut Keynes pour élève, est considéré comme l’un des pères fondateurs de l’économie néoclassique. Bible pour des générations de Britanniques, son manuel, principes d’économie politique, rassemble les théories de l’offre et la demande, de l’utilité marginale et des couts de production dans une logique cohérente.

Marx, Karl 1818-1883

Marx, Karl 1818-1883

Philosophe allemand. Il comptait dans sa jeunesse parmi les « jeunes-hégéliens » de gauche, qui voulaient que la philosophie s’implique directement dans la politique. Ses premiers écrits philosophiques critiquent en ce sens la vision de l’état et de la religion chez Hegel. Inspiré par les thèses matérialistes de Feuerbach, il développa le « matérialisme dialectique » qui rend compte de l’histoire à travers la lutte des classes aboutissant à la confrontation ultime du prolétariat et des capitalismes.

Mazzini, Giuseppe 1805-1872

Mazzini, Giuseppe 1805-1872

Révolutionnaire italien catholique qui combattit durant toute sa vie pour une Italie indépendante et contre le despotisme.

Menger, Carl 1804-1921

Menger, Carl 1804-1921

En même temps que Walras et Jevons, il formula une théorie de la valeur qui met l’accent sur le fondement psychologique : plutôt que d’être calculée à partir du coût moyen des biens nécessaires à la production, comme le faisait jusque-là l’économie classique, la valeur est calculée à partir du coût de la dernière utilité disponible (utilité marginale). Dans fondements de l’économie (1874) il essaya d’appliquer l’utilité marginale à tous les phénomènes économiques. Il est le fondateur de l’école autrichienne de Vienne, et l’inspirateur de Mises et Hayek.

Mill, John Stuart 1806-1873

Mill, John Stuart 1806-1873

Philosophe et économiste britannique. Fils aîné du philosophe et économiste utilitariste James Mill, il fut un élève surdoué, lisant l’alphabet grec à 3 ans, Platon à 8 ans et Adam Smith et David Ricardo (un ami de son père) à l’orée de l’adolescence. À 14 ans, il voyage en France et rencontre Jean-Baptiste Say. En 1822, il fonde l’utralitarian Society et entre à la compagnie des Indes, comme son père ; dont il reprendra le poste des années plus tard. Une dépression à 20 ans liée au surmenage lui fait comprendre l’importance du bonheur et modifie son approche de l’utilitarisme, qui sera plus altruiste que celui de Jeremy Bentham. Quant à son libéralisme, il est plutôt social-libéral avant la lettre : Mill prône l’intervention de l’Etat pour s’occuper des miséreux, propose une modification du droit de propriété et la création de coopératives. Élu en 1865 à la chambre des communes, il défend envers et contre tous le droit de vote des femmes et leur émancipation. Il finira sa vie en France, près d’Avignon.

Mirabeau, Victor Riqueti, Marquis de 1715-1789

Mirabeau, Victor Riqueti, Marquis de 1715-1789

Physiocrate, cet aristocrate français s’opposera aux fermiers généraux dans sa théorie de l’impôt (1780)

Mises, Ludwig von 1881-1973

Mises, Ludwig von 1881-1973

Origine de Lemberg en Autriche-Hongrie (aujourd’hui Lvov, en Ukraine), c’est à Vienne qu’il devint juriste puis économiste sous l’influence de Carl Menger et d’Eugen Von Bohm-Bawer. Il publia une trentaine de livres, dont la théorie de la monnaie et du crédit (1912) qui étend la théorie de l’utilité marginale à l’analyse de la monnaie du cycle, le Socialisme (1922) et la Bureaucratie (1944), où il montre l’impossibilité du calcul économique en régime collectiviste. Dans le libéralisme (1927), il expose les fondements de la doctrine et de la politique libérale. En 1940 fuyant le nazisme, il se réfugie aux États-Unis. Il enseigna à l’université de New York jusqu’à l’âge de 89 ans.

Montaigne, Michel Eyquem de 1533-1592

Montaigne, Michel Eyquem de 1533-1592

Ecrivain et philosophe français marqué par le scepticisme et le stoïcisme. Il écrivit à partir de 1572 l’un des ouvrages fondamentaux de l’humanisme français, les Essais œuvre d’une vie où il rassemble et développe la somme de ses réflexions sur sa propre vie, ses expériences et ses lectures.

Montalembert, Charles Forbes, Comte de 1810-1870

Montalembert, Charles Forbes, Comte de 1810-1870

Fils d’un aristocrate français exilé sous la révolution, et d’une écossaise protestante qui se convertira au catholisme, ce surdoué va rapidement s’investir dans le catholicisme libéral. En 1830, il participe au lancement de l’Avenir, avec Lamennais et Lacordaire. Apres la condamnation par le pape du catholicisme libéral en 1832, il se soumettra tout en continuant à se battre pour le libéralisme. Pair de France en 1831, il siégera à l’assemblée constituante de la seconde République et fera partie du corps législatif sous le second empire. Il défendra la liberté de l’enseignement (loi Falloux 1850), la liberté de conscience et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Il interviendra ainsi pour défendre l’indépendance de la Pologne et de la Belgique.

Mosca, Gaetano 1858-1941

Mosca, Gaetano 1858-1941

Homme politique et universitaire d’origine piémontaise, il fut en 1924 le premier professeur d’histoire des doctrines et des institutions politiques à Rome. Il est surtout connu pour sa storia delle dotrine politiche 1927. Partisan du libre-échange, il était préoccupé par la montée des extrémismes. Sa notion de « classe dirigeante » prône un élitisme technocratique et institutionnel. Celui-ci doit former des experts capables de mettre les sciences et les techniques au service d’un état, dont l’autorité politique doit elle-même être mise au service du libéralisme.