عربي

الحزب المغربي الليبرالي

  • twitter
  • google plus
  • facebook
  • youtube

Le Principe Libéral:

Six décades nous séparent de l’époque du protectorat. Des décennies d’indépendance avec tout ce qu’elles comportent comme réussites ou échecs, maladresses ou satisfactions. Passé révolu. Il est temps pour le Maroc d’aujourd’hui de prendre un nouveau souffle et se tourner vers l’avenir, avec ce qu’il annonce comme incertitudes. Tout cela en évitant de reproduire les erreurs du passé et surmonter les imprévus.

Au 3ème millénaire, et selon les statistiques de la Banque Mondiale, le revenu par habitant au Maroc, en 2014, a atteint 3 140 dollars alors que la moyenne mondiale est de 10 103 dollars par habitant, ce qui représente 31% de la moyenne mondiale. D’un autre côté, si nous tenons compte du pouvoir d’achat au Maroc et que nous le rapportons au revenu par habitant, nous arrivons à la conclusion suivante : le citoyen marocain ne dispose que de la moitié du revenu moyen par habitant à l’échelle mondiale.

Le plus surprenant est que le Maroc soit classé à la 129ème position sur 187 pays selon l’indice de développement humain. Cela indique l’existence d’un sérieux déséquilibre au niveau de la répartition des richesses, et permet de déduire que l’économie marocaine n’est pas fondée sur la libre concurrence, mais plutôt sur un capitalisme monopolistique basé sur l’économie de rente et le contrôle du marché du marché interne. Ceci est incompatible avec les tendances économiques mondiales visant à mettre fin aux politiques de monopoles et de privilèges.

Et puisque le déséquilibre dans la répartition de la richesse est la principale source d’injustice et d'inégalités qui touchent les droits économiques des citoyens, en tant que libéraux, nous insistons sur la nécessité de rompre avec cette approche économique primitive et dysfonctionnelle, ayant pour base la politique de Marocanisation et de récupération des terres de 1956 qui ont interdit aux étrangers de mener des activités commerciales, économiques et agricoles au nom du nationalisme.

Nous avons la ferme conviction, en tant que libéraux, que la seule entité nationale méritant le respect, l’équité et qui doit se voir attribuer tous ses droits est le Peuple Marocain. Ce peuple qui a milité et s’est sacrifié pour son indépendance dans le but d’être libre dans un pays libre où il n’y a de place ni pour l’esclavage, ni pour l’exploitation. Nous avons également la conviction qu’il n’existe aucune légitimité pouvant retirer les droits du peuple marocain, car la seule légitimité que nous reconnaissons est celle reconnue par l’Histoire ; celle de la liberté et du droit à l’initiative fondée sur la Liberté, la Créativité, le Savoir et la Compétence. Cela ne peut être réalisé qu’en mettant en place un véritable système démocratique qui assure l’existence et le développement de ces valeurs. C’est aussi la seule voie par laquelle le peuple marocain peut retrouver sa confiance en la politique et dans sa capacité à imposer ses choix vis-à-vis des élites politiques et cela par le biais du bulletin de vote.

Il apparaît clairement, à travers la situation où se trouve le Maroc d’aujourd’hui, que les forces politiques qui se sont succédées pour la gestion des affaires publiques n’ont pas tenu compte des pratiques liées à la libre concurrence et la transparence. Ces forces politiques ne maîtrisent pas leur environnement dans lequel ils évoluent ni les paramètres socio-économiques, de même qu’elles ne disposent pas d’un savoir-faire pour les exploiter, ni de compétences pour les gérer. Cette situation a conduit ces « élites » à enfoncer le pays dans la crise, à défaut de l’en sortir.

C’est pour cela que le Parti Marocain Libéral, comme force de résistance à l’échelle nationale, refuse de s’intégrer dans ce paysage politique traditionnel qui s’impose à travers des schémas et des convictions dépassées et basées sur l’injustice, la rente et l’exploitation.

Pour faire face à cette réalité qui ne peut que maintenir le désespoir du peuple marocain, il est devenu primordial que chaque marocaine et marocain, qui lie son destin à celui de sa Nation, de s’impliquer en fournissant l’effort nécessaire pour concevoir une société qui contribue à surmonter les défis du 3ème millénaire auxquels nous devons faire face. Notamment ceux liés à la mondialisation et aux nouvelles technologies qui imposent l’accès à l’information à tous et en toute transparence.